mardi 29 novembre 2016

Mort de la petite Léa à Margencel: le père interpellé dans le Sud de la France

Hier lundi 28 novembre le père de la petite Léa a été interpellé dans la région PACA où il est toujours en rétention. Il était recherché depuis la mort de la fillette de trois ans le 23 mai 2016, il y a donc près de six mois. Il devrait être présenté à un juge d'instruction à Annecy très rapidement.
Hier soir Cédric Mahieu a été interpellé dans les Bouches-du-Rhône, où il est toujours placé en rétention. Il devrait être présenté à un juge d'instruction à Annecy très prochainement.

Le père de Léa était recherché comme "témoin du meurtre" depuis la découverte à son domicile du corps sans vie de la fillette le 23 mai 2016. Sa voiture avait été retrouvée deux jours plus tard à Douvaine. Il avait alors été placé sous le coup d'un mandat d'arrrêt national par le parquet d'Annecy.

Les premières observations avaient permis de dire que Léa était morte étouffée, mais le petit corps ne portait pas de traces de strangulation ou de traumatisme. La petite fille de trois ans aurait pu être empoisonnée ou étouffée avec un oreiller.

Juste après le drame, une nouvelle pièce était venue confirmer la piste criminelle. La mère de la fillette avait reçu une lettre dans laquelle Cédric Mahieu aurait déclaré en substance: "tu as voulu me priver de Léa, c'est moi qui vais t'en priver." Dans l'enveloppe il y avait aussi l'assignation envoyée par l'avocat de la mère qui demandait la suspension de la garde alternée.

UN HOMME CONNU POUR DES FAITS DE HARCÈLEMENT

Cédric Mahieu était séparé de la mère de la fillette, avec laquelle il s'était marié à Margencel en 2012. Le trentenaire était connu de la justice pour avoir harcelé son ex-épouse. Sous contrôle judiciaire, il devait d'ailleurs répondre de ses actes.

A l'issue de son week-end de garde, il n'avait pas rendu Léa à son ex-compagne. C'est l'oncle de la jeune victime qui avait retrouvé le corps au domicile paternel, la maison familiale qu'il occupait seul depuis la séparation.


http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/haute-savoie/annecy

vendredi 30 septembre 2016

Vaste opération des gendarmes en Haute-Vienne : 16 individus interpellés et 430 000 € d’avoirs criminels saisis

Une opération d'envergure a eu lieu ce 27 Septembre sur 7 sites en Haute-Vienne. Plus de 90 gendarmes - les enquêteurs du groupement de gendarmerie départementale de la Haute-Vienne et ceux du Groupe d’Intervention Régional (GIR), appuyés par militaires du groupement de gendarmerie mobile de Limoges - ont procédé à l’interpellation simultanée de 12 individus soupçonnés de travail illégal aggravé, de blanchiment et de fraudes aux prestations sociales. Gérants et employés de plusieurs sociétés, ils sont soupçonnés de dissimuler leur activité de revente de pièces détachées et de palettes en bois avant de réinvestir leurs bénéfices dans l’achat de biens immobiliers, en bénéficiant indûment de multiples aides sociales. Une activité non déclarée à l'administration fiscale.

Une enquête débutée en Octobre 2014


Il y a deux ans, en Octobre 2014, des militaires de la communauté de brigades d’Aixe-sur-Vienne (87) effectuent une patrouille sur la commune de Nieul. Leur attention est alors attirée par une entreprise de négoce de véhicules en cessation d’activité depuis 2013.

Une enquête est diligentée démontrant rapidement que cette entreprise réalise des revenus substantiels par la revente de pièces détachées de véhicules vétustes ou accidentés. Elle pratique également le commerce de palettes de bois par le biais d’autres sociétés. Le dossier est confié à la brigade de recherches de la compagnie de gendarmerie de Limoges ainsi qu’au GIR du Limousin.

Un préjudice global estimé à 950 000 euros


Les perquisitions réalisées sur la région de Limoges ont permis de découvrir de fortes sommes d’argent, 166 moteurs de voitures prêts pour l’export, de nombreux métaux conditionnés pour la revente, de la contrefaçon de vêtements ainsi que des armes d’épaule et de poing.

Le montant des saisies au titre des avoirs criminels basé principalement sur les véhicules et biens immeubles est quant à lui estimé à 430 000 euros.

L’enquête judiciaire se poursuit dans le cadre d'une instruction ouverte par le Parquet de Limoges.
http://france3-regions.francetvinfo.fr/limousin/

jeudi 29 septembre 2016

Gironde : suspectée d'avoir dérobé 600 colis au centre de tri postal de Fargues

Une femme de ménage du centre de tri postal de Fargues-de-Langon a été interpellée, ce lundi. Il lui est reproché d'avoir dérobé 600 colis et de très nombreux petits plis depuis janvier 2015.
Une Girondine de 58 ans, qui travaillait comme femme de ménage au centre de tri postal de Fargues-de-Langon pour un sous-traitant de La Poste, a été interpellée par les gendarmes de Langon, lundi 26 septembre, suite à de multiples vols de colis dans ce centre postal. Des faits commis depuis janvier 2015. Au total, 600 vols de colis et de très nombreux vols de petits plis lui sont reprochés. 
Lors de son arrestation, à la sortie de son travail, la quinquagénaire avait sur elle trois colis tout juste dérobés. A son domicile, plus de 1400 objets volés ont été découverts: des bijoux, aspirateurs, téléviseurs, parfums, du linge de maison... Bref, tout ce qui peut s'acheter par correspondance.
Placée en garde à vue, la quinquagénaire a reconnu les faits. Déférée en justice ce mercredi, elle a été placée sous contrôle judiciaire. Celui-ci lui impose plusieurs obligations, notamment celle de se soigner. Elle devra s'expliquer devant le tribunal correctionnel de Bordeaux le 19 octobre.
Tous les objets retrouvés ont été remis par la gendarmerie à La Poste. Les victimes peuvent se faire connaître auprès du service client de l'entreprise, en contactant le 3631.
A ce jour, La Poste a déjà versé 18.000 euros de dédommagement à des clients lésés
http://www.sudouest.fr/gironde/bordeaux/

mercredi 28 septembre 2016

Un hélicoptère de l'armée suisse s'écrase dans les Alpes

Un hélicoptère de l'armée suisse s'est écrasé mercredi dans les Alpes suisses, au col du Gothard, célèbre voie de passage entre le nord et le sud de l'Europe, et il y aurait des "blessés", a indiqué le ministère de la Défense sur Twitter.
Crash d'un hélicoptère près de l'hospice du Gothard (situé au haut du col). Il y aurait des blessés", a tweeté le Ministère de la Défense. Les opérations de secours sont sur place, précise-t-il.

L'incident s'est produit dans le canton du Tessin, au sud de la Suisse, à 12 heures locales. D'après un des représentants de l'exécutif cantonal du Tessin, Norman Gobbi, l'hélicoptère qui s'est écrasé est un Super Puma.

L'hospice du Saint Gothard culmine à 2100 mètres d'altitude sur le col du même nom. Cet incident survient presque un mois après le crash d'un avion de combat de l'armée suisse, un F/A-18 qui effectuait un exercice avec un deuxième avion dans les Alpes suisses. Le pilote avait péri.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/

Un mari héroïque sauve sa femme d'une sauvage agression en plein centre-ville

Le mari est parvenu à neutraliser l'homme qui agressait sa femme rue de France, à Nice. Récit.            
Il est 7h30, lundi, du côté de la rue de France. Une jeune femme qui s'apprête à embaucher vient d'être déposée par son mari. Elle chemine tranquillement. Téléphone à l'oreille. Sans doute pour finir de dire à celui avec qui elle partage sa vie les choses qu'elle n'a pas eu le temps de dire de vive voix. Quand soudain, la matinée toute tranquille manque de virer au cauchemar. Lorsqu'une voiture se met brusquement en travers du trottoir.
Devant la porte métallique d'une entrée de garage, la jeune femme est coincée. Sort du véhicule un homme dont les intentions sont claires ! Au téléphone, heureusement, elle parvient à hurler et à alerter son mari qui fait demi-tour en catastrophe. En attendant son intervention salvatrice quelques instants plus tard, la jeune femme se débat de toutes ses forces. Une autre dame aperçoit l'horrible scène et s'empresse d'alerter les secours.
Quand la voiture du mari déboule à toute allure, l'agresseur n'hésite pas à casser la vitre de celle-ci. Dans la confusion, le seul témoin de l'agression est également pris à partie par l'individu. Finalement, le mari parvient à le neutraliser en attendant l'arrivée de la police.
Entendu toute la journée de mardi par les policiers de la Sûreté départementale, il a été déféré. Il sera présenté en comparution immédiate ce matin.
http://www.nicematin.com/sujet/faits-divers

lundi 26 septembre 2016

Yvelines: coups de feu devant un supermarché, 2 blessés graves

Un sexagénaire a ouvert le feu aujourd'hui à plusieurs reprises dans un supermarché du Port-Marly (Yvelines), faisant deux blessés graves avant de prendre la fuite, a-t-on appris de sources concordantes.
La fusillade a eu lieu vers 12h30. Une opération du Raid, l'unité d'élite de la police nationale, était en cours vers 15h pour arrêter l'auteur des coups de feu, un client régulier du supermarché qui s'est retranché chez lui, a précisé à l'AFP une source policière.
L'homme a ouvert le feu dans le supermarché Super U de cette commune située à l'ouest de Paris, pour un "litige d'ordre privé" selon le parquet. Deux personnes ont été blessées: une femme de 57 ans et un homme de 73 ans, tous les deux "en urgence absolue", selon une source proche de l'enquête.
"Le suspect est connu des services de police pour des affaires de droit commun", a précisé cette même source. La brigade criminelle de la police judiciaire de Versailles a été saisie de l'enquête.


http://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

dimanche 25 septembre 2016

Violente collision à Segonzac (16) : trois blessés dont deux graves

Une voiture et un véhicule de gendarmerie se sont percutés de plein fouet samedi vers 15 heures. Un gendarme de 24 ans et un homme de 27 ans ont été grièvement blessés
La scène de l'accident témoigne d'une collision d'une extrême violence. Samedi, peu après 15 heures, une Fiat 500 et une voiture de gendarmerie se sont percutées de face à Segonzac, sur la D18, une route de campagne limitée à 90 km/h reliant le collège au bourg de Saint-Même-les-Carrières.
Le conducteur de la voiture, un homme de 27 ans, a été grièvement blessé aux jambes. Il a fallu près d'une heure et demie pour l'extraire de l'amas de tôles.
La désincarcération a également duré plus de deux heures pour dégager le militaire de 24 ans coincé dans la voiture de gendarmerie. Ce gendarme adjoint volontaire à la brigade de Segonzac a pris, lui aussi, l'impact de plein fouet, au point que le véhicule s'est renversé et bloqué dans un talus. Le passager, un brigadier-chef de 34 ans, souffre de blessures aux coudes et a pu s'extraire de lui-même.
Mais samedi, c'est bien l'état du gendarme volontaire qui était jugé préoccupant, avec de possibles fractures multiples des pieds jusqu'au bassin. Après la désincarcération, le Smur craignait aussi que ses douleurs à l'abdomen ne cachent une hémorragie interne. C'est pourquoi un hélicoptère du Samu s'est posé près des vignes pour l'emmener d'urgence à Poitiers.

Une enquête ouverte

L'émotion était vive, samedi, alors que les familles des victimes arrivaient sur place. Le passager de la Fiat 500, originaire d'Avignon, se rendait à un mariage à Archiac auquel il était en retard.
Les gendarmes de Jarnac ont été chargés de l'enquête. Samedi soir, ils procédaient aux constatations d'usage, et ont effectué des contrôles d'alcoolémie sur chacun des conducteurs.
http://www.sudouest.fr/2016/09/24/violente-collision-a-segonzac-16-trois-blesses-dont-deux-graves-2512682-1123.php

samedi 24 septembre 2016

Femme abattue dans sa voiture : sa famille liée au grand banditisme

La victime a été touchée par cinq balles, dont deux dans la tête, alors qu'elle se trouvait dans sa voiture, au feu rouge, près d'une cité de Pantin. L’assassin est toujours recherché. La piste d'un règlement de comptes est désormais privilégiée.


Une femme, âgée d'une trentaine d'années, a été tuée vendredi soir de plusieurs balles à Pantin (Seine-Saint-Denis), affirme BFMTV qui révèle l'information.

Deux balles dans la tête

La victime a été touchée par cinq balles, dont deux dans la tête, alors qu'elle se trouvait dans sa voiture, au feu rouge, au croisement de deux rues, près de la cité des Pommiers, précise Le Parisien.
La fenêtre du véhicule était légèrement ouverte. Le tireur, casqué, à scooter, a passé son bras dans l’habitacle et a effectué ses tirs à bout portant.

Il fait demi-tour

La victime portait un voile, mais "rien ne nous oriente vers une piste islamophobe" soulignait une source judiciaire dans la matinée. Effectivement, les enquêteurs s'orientent ce soir sur la piste d'un règlement de comptes. La famille de la jeune femme, originaire de Montreuil, est connue des services de police et liée au milieu du grand banditisme.
L’assassin est toujours recherché. Il a été vu par plusieurs témoins faire demi-tour, comme pour vérifier que la conductrice était bien morte, car la voiture a légèrement continué à avancer après les coups de feu.
Six douilles ont été retrouvées sur les lieux. Une enquête pour assassinat a été confiée par le parquet de Bobigny à la brigade criminelle de la police judiciaire de Paris.

http://www.ledauphine.com/

Quatre blessés, dont deux graves, dans une collision

Un accident, impliquant quatre véhicules, s'est produit ce samedi vers 7 heures sur la RD45 qui mène à Saint-Quentin-sur-Isère à la hauteur de l'allée des Cerisiers sur la commune de Tullins.
Les sapeurs-pompiers et deux équipes médicales du Samu sont actuellement sur place et portent secours à quatre blessés dont deux graves. la route est actuellement coupée dans les deux sens de circulation.
http://www.ledauphine.com/isere-sud/2016/09/24/tullins-quatre-blesses-dont-deux-graves-dans-une-collision

dimanche 31 juillet 2016

L'Amour est dans le pré, M6 : quand Karine Le Marchand prend sa douche chez Monique

Chaque hiver, pour préparer la nouvelle saison de L'Amour est dans le pré, Karine Le Marchand se rend chez les nouveaux agriculteurs afin de tourner leur portrait. Pour ces agriculteurs, pas du tout habitués au défilé des caméras, la rencontre avec l'animatrice et l'équipe de production est un souvenir impérissable. Monique, éleveuse d'escargots de 55 ans , dans les Alpes-Maritimes se souvient comme si c'était hier de l'arrivée de Karine Le Marchand dans sa modeste demeure. Elle confie, en exclusivité, à telestar.fr : " Quand j'ai vu les quinze personnes de la production arriver chez moi, j'ai eu un peu peur. Karine Le Marchand, elle, est venue en avion le matin de bonne heure. Elle voulait prendre une douche donc je lui ai mis à disposition ma petite salle de bain. Puis dans le salon, elle a eu son petit coin pour prendre le thé. Ensuite, je lui ai installé un petit coin coiffure et maquillage. Ma maison est petite et je peux vous dire que je n'oublierais jamais ces scènes. C'est un souvenir tout de même !"
Monique qui cherche déséspérement l'amour comme les 12 autres agriculteurs de cette saison 11 a invité dans sa ferme deux prétendants. Il s'agit de Josian et de Jean-Marc. Dans votre magazine Télé Star, en kiosques le 1er août, Monique explique qu'elle s'est pliée en quatre pour recevoir dignement ces deux hommes. Rangement de placard mais aussi blanchiment de dents, Monique n'a pas lésiné sur les moyens. "Je me suis relookée avec l'aide de mon amie Birgitte nous confie-t-elle. Pour les speed-dating, par exemple, je me suis acheté un chapeau et des bottes en cuir"... Un petit accessoire qui lui a valu d'être qualifiée de "sado-maso" sur les réseaux sociaux !
L'intégralité des confidences de Monique sont à retrouver dans votre nouveau magazine Télé Star.
http://www.telestar.fr/