mercredi 17 janvier 2018

Espace: Une super Lune, une Lune bleue et une éclipse lunaire se produiront en même temps dans la nuit du 31 janvier 2018

hebergement d'image
À la fin du mois de janvier 2018, la Lune fera son festival en offrant à ses observateurs la conjugaison de trois phénomènes astronomiques.


Une super Lune, une éclipse lunaire et une Lune bleue se produiront en même temps ce soir-là, révèle Science et Avenir. Cette conjonction de phénomènes ne s'était pas produite depuis le 31 mars 1866 !

Trois phénomènes en un


La «super Lune» se produit quand le satellite se trouve à une distance minimale de notre planète, et semble ainsi plus grosse et plus brillante. Le 31 janvier, elle sera doublée d'une éclipse lunaire totale, où la Terre se placera entièrement entre la Lune et les rayons du Soleil. Enfin, la Lune bleue est un phénomène désignant l'apparition de deux pleines lunes dans le même mois, permettant l'apparition de treize pleines lunes en un an.


Le terme «semble dater du XVIe siècle et renvoie à l'absurdité d'un propos... Il est aussi absurde de dire que la Lune est bleue que de dire que le noir est blanc ou que le chaud est froid», expliquait Alain Cirou, directeur général de l'Association française d'astronomie, au micro d'Europe 1. «L’expression anglaise ''once in a blue moon'' peut ainsi être traduite en français par ''tous les 36 du mois'', c’est-à-dire quelque chose de rarissime».

Redoutées depuis la nuit des temps


La croyance populaire craint les années à treize lunes. On impute à ce phénomène une météo détraquée, des printemps trop arrosés, étés pluvieux et hivers glaciaux. En France, la terrible sécheresse de 1976 et la tempête de 1999 étaient survenues durant des années à treize lunes.

Mais, comme souvent, les faits viennent démentir les certitudes irrationnelles et, selon Rustica, les relevés pluviométriques de la météorologie nationale, disent exactement le contraire. En outre, le phénomène ne sera pas visible depuis la France métropolitaine mais depuis la Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie.

Mots-clés :


lundi 11 décembre 2017

Ouigo : vous pouvez désormais prendre ce TGV low-cost depuis Paris même Gare Montparnasse

hebergement d'image


Ouigo : vous pouvez désormais prendre ce TGV low-cost depuis Paris même Gare Montparnasse 🚄
L
es premiers TGV low-cost de la SNCF ont commencé ce dimanche à desservir la gare Montparnasse, première gare parisienne à recevoir les Ouigo qui, jusqu’à présent, s’arrêtaient dans les gares en périphéries.

Des ouigo au départ de Nantes et Rennes desservent la gare Montparnasse

Les billets seront un peu plus chers au départ de Paris que depuis les gares périphériques, car les péages y sont plus élevés : à partir de 16 euros pour les adultes, au lieu de 10 euros, et un tarif fixe de 8 euros pour les enfants, au lieu de 5 euros.

mercredi 6 septembre 2017

Une personne décède, percutée par un train à Elne

Une dame est décédée ce mercredi matin aux alentours de 5h45, percutée par un train de marchandise entre Elne et Corneilla-del-Vercol. La victime, âgée d'une quarantaine d'années, circulait à pied près d'un passage à niveau. Le train n'a pas pu freiner à temps pour l'éviter.
Une enquête de gendarmerie a été ouverte pour déterminer les circonstances exactes du drame. Le trafic des TER, lui, est revenu à la normale. 
Une personne décède, percutée par un train à Elnehttp://www.lindependant.fr/2017/09/06/une-personne-decede-percutee-par-un-train-a-elne,3048334.php

jeudi 31 août 2017

Oise : une jeune fille de 16 ans décède dans un accident à Courcelles-Epayelles

Mercredi soir, peu avant minuit, un accident de voiture se produit rue des Surreaux dans la commune de Courcelles-Epayelles.

Selon les gendarmes, le conducteur aurait perdu le contrôle de son véhicule, les conditions climatiques étant particulièrement mauvaises.

À l'intérieur, trois personnes, donc la passagère avant, une jeune fille de 16 ans, décédée sur le coup.

Les deux autres personnes, blessées sans gravité, ont été transportées au Centre Hospitalier d'Amiens. 

Hauts-de-Francehttp://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/

dimanche 20 août 2017

Deux alpinistes se tuent dans le massif des Écrins

Deux alpinistes de 30 ans ont fait une chute mortelle, dimanche matin, lors de l'ascension de la Meije, dans le massif des Écrins en Isère, selon des secours en montagne.
L'accident s'est produit vers 7 herues, à 3.150 mètres d'altitude, alors que la cordée entamait l'ascension du couloir Duhamel, permettant la traversée de ce sommet par sa face sud.
"L'un d'eux a dû glisser et dévisser, puis emporter l'autre. Ils n'ont, semble-t-il, pas eu le temps de se sécuriser par un point de protection", a rapporté la CRS des Alpes.
Selon les premiers éléments de l'enquête, les deux alpinistes ont fait une chute de "plusieurs dizaines de mètres". Ce sont des témoins, puis le gardien du refuge que la cordée avait quitté un peu plus tôt, qui ont alerté les secours en montagne.
Ces derniers ont également dû intervenir pour évacuer une autre cordée, que ce drame avait ébranlé.
Il s'agit du second accident mortel d'alpinisme ce week-end dans les Alpes.
Samedi, un alpiniste ukrainien de 42 ans a été retrouvé mort dans le massif du Mont-Blanc, victime d'une chute.
Surpris vendredi soir par le mauvais temps alors qu'il était en pleine ascension, le quadragénaire avait alerté les secours en montagne. Mais ceux-ci n'avaient pu intervenir immédiatement en raison de trop fortes précipitations

  1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

samedi 15 juillet 2017

Sevran: "roué de coups" un policier fait usage de son arme

Un policier "roué de coups" lors d'une intervention dans la nuit de vendredi à samedi à Sevran (Seine-Saint-Denis) a fait usage de son arme pour se dégager et a blessé un homme au bas-ventre.
Ce policier motocycliste faisait partie d'une compagnie de sécurisation et d'intervention (CSI) qui avait été appelée en renfort par des policiers intervenant sur des feux de poubelles et pris à partie vers 00H30 par une "quarantaine d'individus", selon une source policière.
A leur arrivée, les renforts ont à leur tour reçus des jets de projectiles, a détaillé une source policière. L'un des policiers motocyclistes "s'est retrouvé seul" à un moment. Déséquilibré, il a chuté au sol et a été "roué de coups". Le policier a alors sorti son arme et a tiré pour se dégager, blessant l'homme. Ce dernier a été hospitalisé et son pronostic vital n'est pas engagé, a indiqué l'une des sources.
L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie, a indiqué le parquet de Bobigny.
Selon le secrétaire national adjoint du syndicat policier Alliance, Loïc Travers, "les policiers sont devenus de la chair à canon". Le syndicat condamne une "tentative d'assassinat" à coup de "barres de fer, de parpaings".
Alliance a en outre dénoncé des festivités du 14 Juillet "une nouvelle fois émaillées d'incidents graves, visant les forces de l'ordre et les policiers en particulier".
Le syndicat a dans ce contexte réaffirmé son "opposition totale aux coupes budgétaires annoncées" par le gouvernement la semaine dernière, à hauteur de 526 millions d'euros, dans le cadre d'une diète imposée à l'ensemble des ministères. "Plus que jamais les forces de l'ordre ont besoin de moyens renforcés pour assurer un quotidien de plus en plus dangereux !", a-t-il estimé

Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

mercredi 12 juillet 2017

Pau : un responsable de Total mis en demeure après deux suicides

Deux salariés de Total se sont donné la mort en 2015 et 2017 sur le site du Centre Jean-Féger à Pau

La Direction régionale de la concurrence et de la consommation, du travail et de l’emploi Nouvelle-Aquitaine (DIRECTTE) a mis en demeure le responsable du Centre Jean-Féger du groupe Total à Pau "d’évaluer les risques psychosociaux" de son entreprise où ont eu lieu deux suicides.

Souffrance extrême au travail

Dans son rapport d’enquête, elle explique que le salarié dont le suicide a eu lieu en mars 2017 "était en souffrance depuis des mois" et que "cette souffrance n’a pas été prise en compte". 
"L’ensemble des éléments démontre que des manquements de l’organisation, des tensions, des situations de souffrance au travail (pleurs) et de fortes attentes en matière de reconnaissance économique (rémunération, évolution de carrière, mobilité) étaient connus. Cependant, cela n’a pas été géré", souligne la DIRECTTE. 

Situation dangereuse

Interrogée, la CGT UGICT (syndicat cégétiste des cadres) s’est dite "confortée aujourd’hui par la DIRECTTE qui considère 'une situation dangereuse de risques pour la santé mentale des salariés résultant notamment du non-respect (…) du Code du travail’". 
Depuis 2015, deux suicides ont eu lieu sur le site de Pau, "reconnus par les autorités administratives comme accidents de travail", précise la CGT Total.
Un premier suicide a eu lieu en juin 2015 : un ingénieur géophysicien, âgé de 62 ans, s’était jeté d’un escalier sur son lieu de travail. En mars 2017, un agent technique, 46 ans, s’est aussi suicidé au Centre Jean-Féger. 

La CGT a appelé les salariés à avancer dès la rentrée de septembre "des propositions alternatives et ambitieuses, tant pour le bien-être des salariés que la pérennité de l’entreprise".  

A La Unehttp://www.sudouest.fr/